Get 365 expressions de nos grands-meres PDF

By Jean Maillet

ISBN-10: 2360751700

ISBN-13: 9782360751709

Jean Maillet connaît ses classiques ! Cet ethnologue de l. a. langue française est parti sur les lines de nos expressions les plus désuètes pour nous en livrer l’étymologie parfois surprenante. En véritable policier de los angeles langue, il mène l’enquête pour savoir ce qu’était un patachon, un as de pique ou de los angeles gnognotte. Un voyage au can pay de nos grands-mères… savoureux !

Show description

Read or Download 365 expressions de nos grands-meres PDF

Similar french_1 books

Download e-book for kindle: Guide de thérapeutique by Gabriel Perlemuter, Léon Perlemuter

Outil constamment actualisé, necessary à los angeles pratique médicale quotidienne, destiné aux étudiants préparant les épreuves classantes nationales et aux médecins prescripteurs. Pour cette 8e édition, les stratégies thérapeutiques et los angeles pharmacologie ont été mises à jour en tenant compte des consensus qui sont intégrés avec leurs liens net.

Extra info for 365 expressions de nos grands-meres

Example text

Bruit, vacarme. Taborie, s. , bruit, tapage, vacarme. Taborinière, s. , celle qui bat du tambour. Taborneor, s. , celui qui bat du tambour. Taborner, v. , battre du tambour. Taborois, s. , grand bruit. Tabourder, v. , frapper, heurter, etc. Ajoutons un vieux mot poitevin constituant une manière de synthèse : tabus, « bruit, trouble et agitation d’esprit » : « Tout me foit do tabus tont y sé ébaffé* » (La Ministresse Nicole, dialogue poictevin, 1665). On peut donc supposer qu’à force de frapper, d’être frappé ou d’être exposé au bruit, on devient tarborniau, taberlé, taborlo et, peut-être, tabaillot.

Trois fois rien, trois francs six sous ? Voire ! À l’époque où le sou valait un vingtième de franc, trois francs six sous représentaient, pour un ouvrier, le salaire d’une journée ou, si l’on en croit Balzac, ce qu’il fallait environ, par jour, pour vivre : « Après, que vous faut-il pour vivre ?...  » (Le Cousin Pons, 1847). À titre de comparaison, une loi du 23 floréal, an V (12 mai 1797) prévoyait une indemnité journalière de cinq francs pour les chefs de brigade, quatre francs pour les chefs de bataillon et d’escadron, trois francs pour les capitaines, deux francs cinquante pour les lieutenants et sous-lieutenants.

D’un naturel généreux, elle s’en amusait et nous donnait la pièce en disant, de manière plus précise : « Ah !  » Elle n’avait pourtant pas connu la monnaie de l’Ancien Régime ! Expliquons-nous. Par la loi du 15 août 1795, le système monétaire décimal remplaça le système duodécimal ; furent alors institués le franc, ses décimes et centimes ; disparurent ipso facto les anciennes monnaies : la livre, le sou et le denier. Le sou fit cependant de la résistance puisque l’on continua, jusqu’à la mise en circulation, en janvier 1960, du franc lourd (nouveau franc), à nommer cent sous la pièce de cinq francs.

Download PDF sample

365 expressions de nos grands-meres by Jean Maillet


by Anthony
4.4

Rated 4.96 of 5 – based on 23 votes